Honnêtement, j'ai longtemps hésité avant de vous parler de Gordes.
Ce village magnifique, j'en conviens, est victime de sa popularité.
Alors que dans les années 1950 il y avait à peine 232 habitants, à ces jours l'été y est infernal!
Une amie de Cabrières d'Avignon m'a racontée que lorsqu'enfant elle devait 
rendre visite à ses grands-parents de Gordes, elle pleurait, tellement elle s'y ennuyait!
Il n'y avait rien!
Maintenant c'est le site le plus fréquenté du Luberon
avec tous les inconvénients que cela implique.
Donc un conseil, allez y hors saison ou le matin de bonne heure!!

 

 


Gordes depuis l'ULM

 

 

Le château dressé au coeur du village date du Xe siècle,
 réaménagé à la Renaissance, L'Hôtel de Ville occupe ces lieux prestigieux.
Classé monument historique en 1931 il abrite des oeuvres du peintre
Victor VASARELY
et depuis 1996 le musée Pol MARA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En vous promenant dans ce beau village Mesdames,
oubliez les talons!
"La calade" une rue en pente pavée de galets
la curiosité de Gordes.

 

 

 

 

 

 

 

Caves Palais Saint-Firmin

Aménagées et visibles depuis 1999,
on a longtemps ignoré le réseau de souterrains et de caves
reparti sur 7 niveaux soit 18 m de dénivelé.
Le moulin à l'huile a certainement fonctionné jusqu'à
la révolution.

L'entrée est située entre l'église et le belvédère.

 

 

 

Le théâtre des Terrasses

FESTIVAL
Les Soirées d'été
du 3 au 13 août 2015

 

 

 

 

Gordes domine la

vallée du Calavon

 

 

 

 

 

 

 

 
Située dans un vallon, l'Abbaye de Senanque fait partie, avec celles du Thoronet et Silvacane, des trois soeurs cisterciennes. L'édifice est ouvert à la visite mais à partir de 2003 uniquement en visite guidée. A Noël, la messe est impressionnante de recueillement et de sobriété. Rien à voir avec la messe "spectacle" qu'on voit trop souvent dans les lieux touristiques.

 

 

 

 

le dortoir

Le dortoir pouvait
accueillir une trentaine
de moines.
Quant au chauffoir, seule
pièce chauffée du
monastère,
elle leurs servait de salle
de travail.

le chauffoir

 

 

 

 
Haut de la page